Les vitesses d’un VTT : A quoi servent-elles ?

Publié le : 06 août 20214 mins de lecture

Les vélos tout-terrain ont la particularité d’être équipés de tellement de vitesses que, si vous passez la vitesse la plus basse, vous pouvez gravir une montagne sans problème. Cela peut vous prendre toute la journée, mais vous pouvez le faire.

Il y a longtemps que le vélo « 10 vitesses » n’est plus le nec plus ultra de la sophistication en matière de vitesses. Aujourd’hui, en particulier sur les vélos de montagne, vous pouvez obtenir jusqu’à 27 vitesses.

À quoi servent toutes ces vitesses ? Tout simplement à vous permettre de pédaler à la même cadence, que ce soit en montée, en descente ou en cross country.

Cependant, la raison principale pour laquelle les vélos de montagne ont autant de vitesses est de vous aider à gravir ces montagnes !

La principale chose à retenir lors du changement de vitesse est que vous devez toujours changer de vitesse tout en pédalant, sinon vous allez casser les vitesses.

Dérailleur avant

Les vitesses sont divisées en deux parties. Il y a trois plateaux à l’avant, qui sont contrôlés par le dérailleur de gauche. C’est pourquoi il y a trois chiffres à choisir sur ce levier de vitesses – pour choisir sur laquelle des trois couronnes avant votre chaîne reposera. Le « dérailleur » fixé à la manette déplace la chaîne d’un anneau à l’autre.

Lorsque la chaîne se trouve sur le plus petit de ces trois plateaux (1), le pédalage est très facile. C’est ce que l’on appelle la vitesse de base. Le deuxième plateau est destiné à la conduite sur terrain plat et hors route (2), et le troisième, ou le plus grand plateau, est idéal pour rouler sur le trottoir.

Si vous voulez utiliser uniquement ces trois vitesses, vous pouvez certainement le faire. Mais, en utilisant la manette de droite, vous pouvez profiter des incréments de vitesse qui vous sont proposés.

Dérailleur arrière

La couronne arrière est un jeu de sept, huit ou neuf pignons, en fonction du nombre de « vitesses » dont vous disposez (21, 24 ou 27). Chaque pignon a une taille différente et, là encore, les plus petits pignons vous permettront de pédaler très, très facilement, mais pas très vite, tandis que les plus grands pignons vous permettront d’aller plus loin à chaque coup de pédale.

La meilleure chose à faire est de pratiquer, pratiquer, pratiquer. Prenez votre vélo sur un parking ou dans un endroit où vous n’avez pas à vous soucier des gens, et passez d’une vitesse à l’autre, en vous habituant à chacune d’elles et à la facilité ou à la difficulté de pédaler dans cette vitesse.

Les personnes qui n’ont jamais fait de vélo peuvent se méfier des changements de vitesse. Le changement de vitesse était toujours un peu problématique à l’époque où l’on ne disposait que d’une paire de niveaux centraux pour travailler, mais aujourd’hui les changements de vitesse – le type twist – sont si faciles à utiliser qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur de changer de vitesse. Encore une fois, tant que vous pédalez pendant que vous changez de vitesse, vous ne risquez pas d’endommager les engrenages.

Plan du site